La sémiotique visuelle et ses écritures

Atelier de sémiotique du MICA (2020-2021)

La sémiotique visuelle n’a cessé d’interroger son appellation afin de stabiliser son épistémologie et ses méthodes. Est-il plus pertinent d’évoquer une sémiotique visuelle en s’appuyant sur la modalité vers laquelle convergent toutes les informations sensibles (mais il faudrait alors envisager une sémiotique auditive, gustative, olfactive…) ou une sémiotique de l’image (mais qu’est-ce qu’une image ? est-elle seulement matérielle ou également mentale ? relève-t-elle seulement de l’expérience ou également de l’existence ?) ? Elle a cherché le niveau de pertinence le plus adéquat, qui peut être
le genre (une sémiotique du paysage, du portrait [Beyaert-Geslin 2017], etc), le support ou médium avec une focalisation particulière sur la photographie (Barthes 1980 ; Floch 1986 ; Schaeffer 1987 : Basso Fossali et Dondero 2011), le statut (image artistique, religieuse, scientifique, etc). Cette catégorisation n’exclut pas l’intégration de l’image à des domaines qui la confrontent à d’autres objets (la sculpture ou l’installation pour la sémiotique de l’art) ou l’offrent à des discours syncrétiques (la publicité, par exemple). Récemment, elle a été abordée sous l’angle du geste énonciatif et rapportée au numérique (Basso Fossali, Colas-Blaise, Dondero et Monticelli 2017).

L’atelier se consacre cette année à la sémiotique visuelle et propose de questionner ces
catégorisations et découpages disciplinaires pour évaluer leur pertinence. Il met plus particulièrement en avant la notion d’écriture partagée par les discours verbal et plastique. L’écriture qui renvoie à la ligne (Ingold 2011), à la trace (Galinon-Mélénec 2015 et 2017) et à l’empreinte (Fontanille 2006) est plus exactement une empreinte directe (Schaefer 1987) au sens où elle implique le corps lui-même. A la différence du geste qui se rattache évasivement au corps et souligne sa spatialisation, l’écriture
renvoie essentiellement à la main qui, en assumant l’expression de soi, s’exprime et s’expose. Porter l’attention sur l’écriture manuelle (la formule est presque pléonastique) et non lumineuse ou numérique suppose de solliciter diverses disciplines à côté de la sémiotique telles que les sciences de l’information et de la communication, la linguistique et l’anthropologie, mais aussi les écrits des plasticiens (Dubuffet 1973 ; Matisse 1972, par exemple) et des artistes (Boulez 1989) qui “racontent” la pratique “de l’intérieur”.

En nous autorisant à faire le lien entre les écritures de l’art pariétal et les graffitis d’aujourd’hui qui sont, les unes comme les autres, des expressions de soi, cet éloge de la main assume la contemporanéité définie par Agamben (2008 : 11) comme une « singulière relation avec son propre temps, auquel on adhère tout en prenant ses distances ». L’atelier de sémiotique veut ainsi observer les images à nouveaux frais, “rebattre les cartes” épistémologiques de la sémiotique visuelle et poser, par ce premier échange, les bases du programme Graffcity, appropriations urbaines imagées financé par la Région Nouvelle-Aquitaine et soutenu par la Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, qui a débuté en 2020.

22 janvier

Anne Beyaert-Geslin, Université Bordeaux Montaigne, Introduction

Tiziana Migliore, Universitas Mercatorum, Rome : « Figures de la rature ».

Gian Maria Tore, Université du Luxembourg : « Pourquoi, pour connaître un film, on passe
par l’écriture : gestes et “raison graphique” de l’analyse filmique ».

Céline Cholet, CNAM (laboratoire Dicen-Idf) – Université Bordeaux Montaigne : « “Belles de
bitume”, regard sur des plantes ignorées — Suite ».

12 février

Marion Colas-Blaise, Université du Luxembourg : « Cy Twombly, ou comment “écrire” le
dessin et la peinture ».

Annick Monseigne, Université Bordeaux Montaigne : « Le pouvoir divinatoire du
cartographe ».

26 mars

Atelier dédié au programme Adoeno de la Région Nouvelle-Aquitaine, coordonné par Audrey Moutat

Stéphanie Marchand-Marion, Institut du vin et de la vigne de Bordeaux, et Audrey Moutat, université de Limoges : « Profils organoleptiques des vins naturels. Discours croisés de l’analyse sensorielle et de la sémiotique ».

Vivien Lloveria, Université de Limoges : « Analyse sémiotique du discours sur les vins
naturels ».

16 avril

Maria Giulia Dondero, FNRS-Université de Liège : « De l’image comme texte à l’image comme écriture : les forces à l’œuvre ».

Emmanuel Souchier, Celsa. Paris-Sorbonne : « Le numérique comme écriture : éléments
théoriques d’une sémio-anthropologie ».

14 mai

Francesca Polacci, Université de Sienne : « Dispositifs verbo-visuels dans l’art : quelques
remarques sur écriture et énonciation ».

Odile Leguern, Université Lumière-Lyon 2 : « L’apprentissage de l’écriture cursive à l’heure des claviers, pour un nouvel éloge de la main ».

Julien Thiburce, CNRS – LabEx ASLAN / UMR 5191 ICAR : « Les graffitis au-delà des images. Pratiques urbaines débordantes et inscription du soi dans la ville ».

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s